Un autre monde s'offre à vous
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un gîte sommaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Khamsin
Seigneur des Vents
Seigneur des Vents
avatar

Masculin Nombre de messages : 270
Age : 29
Rang du Royaume : Roi du Burdinuis
Compagnon (animal) : Femto (faucon)
Spécialités : Parkour et assassinat
Date d'inscription : 15/09/2007

Feuille du personnage
Profession: assassin
Âge actuel: 29
Pouvoirs spéciaux:

MessageSujet: Un gîte sommaire   Ven 27 Juin - 19:57



Les pas légers couverts par les particules de sable s'évanouissant dans l'éther frôlant le sol chauffé à blanc à flanc de montagne, l'assassin s'engageait dans les ruelles, si étroites et sinueuses, coupe-gorges dont le spadassin se faisait maître par la présence, ainsi que les quelques regards qui lui étaient adressés par les quelques badauds aux haillons en détaillant d'autant que leur mine sombre sur leur état de brigand ou mercenaire au cimeterre pendant imposant à chacune des ceintures pendant sur les larges pièces de vêtements dans lesquels les hommes parcouraient les rues le signifiaient, jusqu'à ce qu'enfin sur le seuil d'une masure bien humble il s'arrêta, abaissant le chef, ne laissant paraître que son capuchon blanc s'alliant à sa burre flottant sous les frappes du vent s'engouffrant puissant dans les venelles, alors que son poing gantelet s'abattait sur la porte, toquant par trois fois, légèrement, nul tumulte ne s'élevant de la demeure, paraissant à dire vrai tripot, seul un souffle s'échappant des lèvres scindées du spadassin, jusqu'à ce qu'enfin elle ne se dérobe, branlante et grinçante, révelant un homme, du même acabit que ceux qu'il rencontrât en gravissant le mont à n'en pas douter, qui sans un mot laissa à la vue de l'assassin l'homme rentrer, s'assurant une fois le palier franchit que nul badaud trop curieux n'ait eut l'audace de tenter le fil de l'épée pendant dans une simple gaine de cuir sur le flanc du bandit. Avançant grâcilement et lentement, le spadassin fit halte, se confrontant à une tablée, où deux individus se tenaient silencieux, l'un pareil au gardien de l'établissement, le second aux traits fins, le visage d'une frêle femme à la peau toutefois marquée par les frappes du vent brûlant battant ces flancs, de fines lèvres rougies par de ces hautes origines seules apparentes sous une lourde et large chappe noire. Achevant de s'approcher, le premier individu lui cédant la place, l'assassin n'en fit toutefois rien, et demeura debout, dominant la femme silencieux, saisissant un regard s'échappant de la capuche ténébreuse, et en souriant, riant même l'espace d'une seconde, alors que sa main s'attardait sur la joue rose finement hâlée par le climat du lieu.
"Tu as été brave, ainsi que je l'ai appris. Tu n'aurais pu mieux nous faire honneur, ne cherche pas leurs contentements, jamais tu ne les auras. Mais n'aies cure de ces imbéciles, tu as fait tout ce qu'il fallait, je suis fière de toi, mon enfant."
Se saisissant du sourire que lui rendait la jeune femme, aux joues qu'il cessait d'effleurer retrouvant leur teinte rosée originelle, le spadassin reprit sa mimique, alors qu'il tirait une lame d'une des bourses pendant à sa ceinture.
"Du très beau travail. Je t'informerai de la suite, ma fille."
Délaissant la jeune fille, Khamsin passa son regard sur les deux bandits en charge de la masure, renouvelant leur accord d'un hôchement de tête silencieux, qui n'était ponctuée que des chausses du spadassin et du gardien de la maisonnée broyant les grains de sable accumulés sur les lattes disposées anarchiquement, mais tenant malgré les fentes ça et là apparentes, que couvrit l'assassin de ses pas en s'en retournant, franchissant attentif aux brigands se tenant en exterieur le seuil, mais lançant un ultime regard à la forme sombre se dessinant à la tablée, désormais pleinement sérieux, ainsi que celui se posant sur les cloisons faisant front à l'établissement, sur laquelle le spadassin laissait se dessiner la silhouette du faucon surplombant ce quartier peu cossu, que l'assassin se pressait de quitter dès qu'il eut perçut le vacarme de la porte se refermant en son dos.

_________________
Le vent efface l'image d'un mirage à deux visages...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un gîte sommaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ternoluis :: Le Royaume du désert :: Désert du Burdinuis :: Jilladr-
Sauter vers: